Notebook
mars 12th, 2013 by didier

A mon petit bout d’homme …


Tu as 20 ans à peine,
Et déjà ton cœur saigne.
Pour une fille que tu aimes
Et qui ne vaut pas tes poèmes.

Tu apprends à devenir un homme,
Ça fait mal de croquer dans la pomme
Tu as mal dans ton cœur de môme,
Sur cette plaie j’étends un peu de baume.

Et si l’Amour est parfois un jeu
Il peut souvent être dangereux.
Il est si difficile d’être heureux,
Car pour ça, il faut être deux.

Ne cherche pas l’Amour,
Seul, il te viendra un jour.
Rien ne dis que ce sera pour toujours,
Mais donnes sans attendre en retour.

Car si, « donner pour donner,
C’est la seule façon d’aimer.  »
En amour il ne faut comptabiliser,
Juste donner et ne rien regretter.

Et si elles te quittent parfois,
Si elles ne veulent plus de toi,
Ce qu’elles ratent, elles ne savent pas,
Continues ta route et crois en toi.

Ton Papa Plume

(c) 2013 Didier SEHA

(http://poemier.seha.be)

texte protégé par Copyright

janvier 24th, 2013 by didier

Un jour, un mois, un an et puis…
Sonne le jour de tes dix-huit ans
Les années passent, l’enfance s’enfuit
Tu es maintenant un grand adolescent.

En 18 ans, mon Quentin, tu as bien grandi
Je me souviens encore de tes premiers pas
De tes petits cris, de tes premiers mots aussi.
Et puis de ce jour où tu m’as dit : » Papa ».

C’est vrai, je n’ai pas vu le temps passer
Et te voilà maintenant arrivé à la majorité
Pourtant il te reste tant d’étapes à passer
Et des expériences à vivre sans te planter.

Avec Maman, pour toi, je serez toujours là
Que ce soit dans de bons et heureux moments
Mais aussi dans ceux les plus délicats.
C’est ça aussi, notre rôle de parents.

Te guider et te préparer dans ce monde hostile,
A faire les bons choix pour ton avenir.
Et même si tu nous trouve un peu débiles
Saches que nous sommes là pour te soutenir.

Je suis fière du jeune homme que tu deviens.
Tu as du cœur et une si belle personnalité;
Je te résumerai en deux mots: tu es un mec bien.
Merci pour le bonheur que tu m’as déjà apporté.

Tant de choses nous avons partagés.
Nos prises de tête et nos fous-rires,
Nos descentes en ski et en plongée,
Nos passions musicales et nos délires.

Avec ton frère, tu es ma plus belle bataille;
Mon enfant, tu es dans mon cœur pour toujours;
Toi aussi mon fils , tu es le fruit de mes entrailles
Avec Renaud, tu es ma plus belle histoire d’amour.

Bon anniversaire mon grand

Je t’aime

(c) 2013 Didier SEHA
(http://www.levergerdemesecrits.eu/Poemier)

texte protégé par Copyright

septembre 23rd, 2008 by didier


ainoha.jpg

Ses grands yeux bruns vous scrutent,
Un petit sourire après quelques minutes,
Un précieux objet , descendu directement
Dans les bras ouvert d’une maman.

Tendez lui votre doigt, elle le serrera,
Offrez lui un sourire, elle vous répondra,
Elle verra dans vos yeux plein d’amour,
Et s’en rappellera pour toujours.

Lorsqu’elle crie, serrez-la dans vos bras,
Votre chaleur, votre voix la consolera,
Gardez la bien près de votre cœur,
Afin de la protéger des malheurs.

Dans ses yeux 1000 étoiles vont briller,
Son visage deviendra un ciel étoilé,
Ainoha, l’enfant que vous avez créé
Apprenez lui le mot « aimer ».

ainoha.jpg

(c) 2007 Didier SEHA
(http://poemier.seha.be)

mai 5th, 2008 by didier


img_8238.JPG

Renaud, 5 mai 1993 – 5 mai 2008

Ce que j’ai hâte qu’aujourd’hui soit terminé
Pour qu’enfin dans mes bras je puisse te serrer.

Petit à petit, tu grandis,
Et voilà qu’aujourd’hui,
Tu fête tes quinze ans,
Et tu ne te prend plus pour un enfant.

Probablement as-tu raison,
Car tu as l’âge de prendre tes décisions
Très souvent tu vas te tromper
Et les deux pieds dans les plats, sauter.

Parfois, nous allons te gronder,
Et crois moi tu l’auras parfois mérité.
Mais ne t’en fais pas, c’est parce qu’on t’aime,
Que nous voulons t’éviter les problèmes.

Pourtant, il te faudra aller de l’avant,
Car nous aussi c’est comme ça qu’on a appris dans le temps.
C’est qu’en faisant des erreurs dans la vie,
On s’en mord les doigts, et puis c’est repartit.

Même si on est pas toujours gagnant,
Même si souvant on en sort perdant,
Que bien des personnes plus intelligentes que nous
Et plus malignes, on en trouve partout.

Mais à chaque erreur que tu feras,
C’est comme ça que tu apprendras,
Que l’étude est, certes, nécessaire à l’éducation
Mais c’est en vivant ta vie, que tu apprendras
les plus belles leçons :

La vie, a des hauts et des bas.
Des je t’aime et des je ne t’aime pas !
Des amis que l’on veut garder longtemps,
Et qui disparaissent bien trop rapidement.
Que c’est notre santé que l’on veut préserver
Mais qui peut rapidement chanceler
Et puis notre boulot que l’on veux garder
Car si on le perd, il sera difficile d’en retrouver.

Les quatre saisons qui meublent l’année,
Qui ne sont pas pareils, mais qu’il nous faut accepter.
Tout ces petits bonheurs que l’on reçoit souvent,
Qui compense pour les petits malheurs qui arrivent de temps en temps.

Les enfants que l’on a désirés et que l’on aime,
Et ce, même si parfois ils nous font de la peine.
C’est la mortalité des êtres aimés, a accepter,
Sachant qu’un jour on ira les retrouver.

Mais jusqu’à notre dernier souffle, la vie on l’aimera
Comme je t’aime, et que pour ça, TOUT on acceptera.

Bon anniversaire Mon fils, Mon trésor.

Ton Papounet.

(c)2008 Didier SEHA

(http://poemier.seha.be)

img_8238.JPG

texte protégé par Copyright

janvier 24th, 2008 by didier


Quentin 04-2007

Quentin, lorsque tu as montré le bout de ton nez,
Toi petit bébé, si beau et fragile, je t’ai chouchouté.
J’avais alors de nouvelles responsabilités,
Auxquelles je faisais déjà face pour ton frère aîné.

Quentin, du fond de mon cœur, sans mentir,
J’ai puisé la force pour t’aider à grandir,
En moi tu as trouvé la force de t’épanouir,
J’ai trouvé bien du réconfort dans tes sourires.

Quentin, les années passent à une vitesse sans pareil,
Dans le brouillard, tu restes mon rayons de soleil.
Et si parfois je te chauffe un peu les oreilles,
C’est pour que ta vie reste une petite merveille.

Quentin, aujourd’hui tu as treize ans
Bien que pour nous tu sois toujours un enfant
Dans ta vie, aujourd’hui c’est-à-dire à présent
L’avenir s’ouvre à toi, jeune adolescent.

Quentin, aujourd’hui est pour toi un grand jour,
Pour moi, maman et ton frère tu es notre amour,
Chacun, nous voulons te voir sous ton plus beau jour.
Moi j’essaye de t’apprendre ce qu’est vraiment le jour.

Quentin, pour tes études tu nous fais un peu souffrir
Pourtant c’est maintenant que tu dois préparer ton avenir
Et toi qui sais à peine ce que travailler veut dire,
Un jour à tes enfants tu devras aussi le leur dire.

Quentin, toi qui sors d’une enfance si douce
Pendant laquelle il a fallu que je te pousse,
Dis toi qu’il va falloir un jour filer en douce
Et tu seras alors seul à te battre dans la course.

Quentin après ces quelques vers je termine ce poème
Moi qui n’ai rien à voir avec Victor Hugo ou Verlaine
C’est de tout mon cœur et du plus profond de moi-même
Que je te dis bon anniversaire,mon Trésor, je t’aime

Papounet 24/01/2008

(c) 2007 Didier SEHA

(http://poemier.seha.be)

Quentin 04-2007

texte protégé par Copyright

avril 30th, 1997 by didier


Mon fils

Voilà à quoi je passe nuits et jours
A rêver dans ma tête, côté cours.

Mais ne t’en fais surtout pas,
Ton papa sera toujours là
Tapis dans l’ombre, tel un rat
A tout moment, je serai derrière toi.

Depuis le temps que je te rêvais,
Depuis le temps que je t’inventais.
De ne plus te voir, j’en crèverais
Sans toi, plus rien n’existerais.

Comme ta maman, tu as le plus beau sourire de la terre
Comme elle, tu as le minois qui bouleverse mon univers.
De son regard, tu as l’éclat et la douceur,
De toute les mamans, tu as la meilleure.

Mon fils, mon gosse, mon frangin, mon poteau
Mon petit crapaud, tu me tiens chaud.
J’ai construit ta planète, peuplée d’animaux
Bien planqué au fond de mon cerveau.

Un jeans, une pare de Santiogos
un zomblou, pas trop cradeau
Sans oublier un petit cabot
Voilà, j’ai déjà ton trousseau.

Plus tard, je t’apprendrai p’tet l’argot
On ira au football comme d’autres vont au zoo
Je te filerai mon surain,je te passerai mon couteau,
Tous les deux ce sera bien, tous les deux, ce sera beau.

Puis quand tu iras à l’unif, si jamais t’y vas,
je t’aiderai en info et puis aussi en compta.
Peut-être aussi que la penne tu porteras
Et que comme moi, tu guindailleras.

Mais en attendant, marche près de maman,
Vas pas t’éloigner, pars pas en courant.
Car elle aussi a besoin de son petit enfant.
Car elle aussi t’aime à tous vents.

(c) 1997 Didier SEHA

(http://poemier.seha.be)

Mon fils

texte protégé par Copyright