Notebook
mai 24th, 2020 by didier

Elle est autour de moi,
Vous ne la voyez pas,
Vous ne voyez que mon visage
Ou passe de lourds nuages.

Une fois de plus renfermé,
Sur moi-même replié
Tel un saule, en pleurs,
j’ère ici et là, sans bonheur.

Elle est belle ma bulle,
Elle me protège comme un pull,
Du froid de la solitude,
Et des coups souvent rudes.

Bien au chaud dans ma tour d’ivoir,
Au dessus des nuages, plus rien à voir.
Ni le soleil qui brûlait ma peau,
Ni les monts, sources des ruisseaux.

Nul besoin d’avoir des pensées suicidaires,
Toujours la tête haute, il faut rester fier
Car même si les autres, c’est ça l’enfer,
Je n’ai d’autre choix que de me taire.

Je vis caché, dans ma bulle d’eau
Loin des ragots, des média associaux,
Trop loin de mes potes, et des dauphins.
Je rêve d’un monde plus humain.

Mais le jour où j’en sortirai,
Je serai encore plus fort.
Mais pourrais-je encore aimer,
Mon cœur sera-t-il un château fort ?

A vous qui lisez ces quelques vers,
Ad sympati, je lève mon verre.
A vous, âmes perdues et solitaires,
Je vous offre ma plume littéraire.

(c) 2020 Didier SEHA

texte protégé par Copyright

 

août 24th, 2019 by didier

 


Ses mains ne sont que douceur,
Mes mains ne sont que tendresse
Ses mains m’explorent sans pudeur
Mes mains l’affolent et la caressent.

Ses mains, sont de belles tentacules
Mes mains sont de fer dans un gant de velour
Ses mains, m’enlacent formant une bulle
Mes mains, l’encordent d’un chanvre d’amour.

Ses mains prolongent ses pensées coquines,
Mes mains sur sa divine croupe,se jettent
Ses mains à me rendre folle, se font taquines
Mes mains pour son plaisir la fouettent.

Ses mains sans lesquelles mon corps est orphelin,
Mes mains qui la déshabillent pour ne plus être sage
Ses mains sans lesquelles je ne suis plus rien.
Mes mains sont pour la nuit, mon plus beau language.

Nos jeux de mains imaginaires, de jours et de nuits,
Qui dans nos rêves nourissent cet espoir partagé,
De voir se croiser nos vingt doigts, enfin unis,
En même temps que nos regards, pour l’éternité.

 

(c) 2019 Didier SEHA

(http://www.levergerdemesecrits.eu/Poemier)

texte protégé par Copyright
février 8th, 2018 by didier


Je mettrai un bandeau sur vos yeux avant de toucher votre peau,
Afin que dans l’obscurité, vous me sentiez toucher votre âme.
Ainsi seulement, vous pourrez ressentir les vibrations de mon cœur,
Pour profiter pleinement de tous les plaisirs ce que je veux vous offrir …

J’unirai vos délicats poignets, d’un ruban soyeux telle votre peau,
Afin de ne point vous permettre de toucher votre cœur de femme ,
Ainsi seulement, vous serez dans l’attente de mes douces douleurs,
Pour profiter pleinement de mes tendres caresses qui tardent à venir …

Je mettrai à votre sévices, l’Art des cordes, nouées à même votre peau,
Afin que de vous contraindre, en une position que vos sens réclament.
Ainsi seulement, à ma merci, vous vaincrez toutes vos peurs,
Pour profiter pleinement de vos plus inconscients désirs …

Je mettrai entre vos lèvres ce bâillon, pour que vous ne disiez mot,
Afin de vous ôter ces envies de baisers, bout de langue qui vous enflamme,
Ainsi, qui ne dit mot consent, vous subirez durant de longues heures,
Pour profiter longuement de mon imagination au service de vos plaisirs.

J’userai de tous ces artifices, qui feront vibrer chaque pore de votre peau,
Afin de faire monter en crescendo, ces papillons qui me réclament,
Ainsi seulement, sous ma guidance, vous évoluerez en apesanteur
Pour profiter lentement de ce voyage, avant de vous autoriser à jouir.

(c) 2018 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

mai 24th, 2017 by didier


J’apporterai des roses, rien que pour toi
Que je déposerai sur un lit de soie.
Pétale par pétale tu découvriras
Le chemin d’un parfum qui t’enivrera.

Ce parfum de rose qui embaumera la pièce
Me fait penser à toi et voudrais qu’il ne cesse.
Je ferme les yeux en espérant te retrouver
Je m’allongerai sur cette soie de pétales éparpillées.

J’effleurerai ton corps de mes pensées charnelles,
Le regard émerveillé par tes dessous de dentelles.
Avec passion et amour je t’amènerai au septième ciel
Je te rendrai heureuse et emplie de désir éternel.

Sur ton corps le souffle de mes caresses
De mes baisers déposés avec tendresse
Te rassureront dans ce sentiment de passion
Nous sommes tous deux liés à l’unisson.

Je t’offrirai une nuit si intense, si magique,
Que tu repenseras à nos ébats romantiques,
Cœur à cœur dans ces draps de pétales rouges,
A chaque fois que je t’offrirai des roses rouges.

Cette nuit là, je l’attends avec impatience
Me faisant frissonner bien à l’avance
Un corps à corps merveilleux et sensuel
Qui nous donnera, pour l’avenir, des ailes.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

avril 24th, 2017 by didier


Dans cette constellation d’étoiles,
De toutes les planètes avec un voile,

Tu es celle que je trouve la plus belle.
Certes avec la terre, dont tu es la jumelle.

De pôles en pôles, je rêve de te parcourir.
De découvrir tes secrets, tel est mon désir.

Avec ta peau douce légèrement orangée
Au crépuscule, tu es mon étoile du Berger.

Après le soleil et la lune qui brillent le plus
Dans mon cœur,la plus douce, c’est toi, ma Vénus.

Habillée de Prada, avec ton visage au teint clair
Tu ravis, tu aguiches toute les créature de l’univers

De tes monts, je rêve de faire le tour,
Enveloppé de fourrure, vers toi, j’accours.

Comme le satellite en orbite circulaire,
Pas très elliptique dans notre système solaire.

Autour de moi tu tournes, appel de la chair,
Séductrice dans l’âme pour un plaisir sans frontière.

Toi seule à ce don, c’est celui de me plaire.
Du fouet, j’admire ton habile savoir faire.

Comme tous ces peintres, sculpteurs et écrivains
Je suis ton fou, ton Ille, ton Milo , ton Séverin.

Oui, à tout, je suis prêt, pour te satisfaire
toi, petite planète qui embellit mon imaginaire.

Si le tonnerre gronde dans nos vies
Tout comme il gronde là haut aussi,

Que tu recherches un peu de tendresse
Ou quelqu’un qui vraiment s’intéresse,

A toi, bien plus qu’à tes jolies fesses
Ne cherche plus, car je le confesse,

De toutes les planètes, tu es l’unique,
Sur laquelle la vie sera magnifique

J’aimerai être ton astronaute d’or
Venu découvrir tes doux trésors

Mon cœur serait un vaisseau spécial
Embarquement pour un amour spatial

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

décembre 4th, 2016 by didier


une main sur une cuisse

Une main sur une cuisse
Sur un bas, les idées glissent
Comme de douces prémices.
Dans un instant complice.

Des lèvres qui descendent
A la déesse une offrande
Lentement dans l’attente
Les membres se tendent.

Une bouche qui effleure
Soufflant sa chaleur
Sans aucune pudeur
Mais tout en candeur.

La langue qui titille
Tendrement envahit
Un corps à sa merci
Tout l’être se raidi.

Un corps qui se plaque
Un autre qui traque
Les liens qui craquent
Les visages écarlates.

Des frissons en déferlande
Des murmures qui chantent
Des positions indécentes
Deux passions ardentes;

Des désirs ensevelis
Qui reviennent à la vie.
Des envies innasouvient
Sortent la rivière de son lit.

Deux cœurs qui palpittent
Deux âmes qui s’habitent
Deux corps qui s’excitent
Deux êtres se visitent.

Les mots sont inutiles
Les regards sont subtils
Les gestes sont habiles
Les émois, indociles.

Sur un lit ou par terre,
Dans une allée ou par derrière;
Bien au chaud ou en plein air,
Liens de chanvres ou bien de fer.

A l’envers ou à l’endroit,
En travers ou à l’étroit,
En hauts talons ou en bas ,
A deux ou bien à trois …

Pour sentir un désir si puissant,
Tel un doux vertige enivrant;
Qui a réveillé lentement ,
Un loup endormi depuis longtemps.

Parti d’une main sur une cuisse
Métaphore révélatrice
De mon imagination, dominatrice
Absence d’idée inhibitrice.

(c) 2016 Didier SEHA
(http://http://www.levergerdemesecrits.eu/)

une main sur une cuisse

texte protégé par Copyright

septembre 24th, 2016 by didier


Sur ton corps au goût divin,
Que je parcours de mes mains,
Des milliers de rayons de soleil,
Te réchauffent dans ton sommeil.

Tu sens les élans de mon corps
Qui te caressent tendres et forts.
Je me rapproche contre toi tendrement,
Afin que tu sentes mon désir brûlant.

Cries-moi en silence tes mots languissants,
Apprécies sans bruit, mes tendres bercements,
Pour que seule ta respirations s’accélérant,
Trahisse le plaisir de me sentir aimant.

Berces-moi de tes chants de sirène d’amour,
Toi mon image, toi la reine de mes jours,
Dans ce monde fait de rêves bien trop courts.
Frémissements de ta peau douce comme le velours.

A tes côtés, je suis l’être aimé du jour,
Moi, cet homme mûr, amant fou d’amour,
Toujours prêt à satisfaire tout tes désirs,
Sans limite que celle de notre prometteur avenir.

A mes ordres, tu glisses lentement sur mon corps
Pour te fondre dans cet abime des plaisirs forts.
Dans ta tête,les milliers d’étoiles scintillent,
Dans ton ventre, une douce chaleur qui te vrille.

Après tant d’orgasmes, tu peux t’évanouir dans le temps.
Pour laisser courir de longs baisers sur ton corps haletant.
Cette nuit, une fois de plus,je suis le plus heureux des amants.
Cette nuit, une fois de plus, mon amour en toi tu ressens.

(c) 2016 Didier SEHA

(http://poemier.seha.be)

texte protégé par Copyright

juin 12th, 2016 by didier


jetaile

Je t’aime une phrase si petite,
Pour un sentiment si beau.
Je t’aime c’est une pensée pépite,
Que, souvent, tu m’offres en cadeau.

Beaucoup l’ont prononcé sans amour,
Mais entre nous, prononcé avec sincérité.
J’espère que cela durera pour toujours,
Et que nous le vivrons en toute vérité.

De tous les mots, il n’y a de plus beau,
S’il est dis avec ce cœur, qui bat pour lui.
Pourtant, je voudrais en inventer un nouveau.
Pour te dire que tu es la femme de ma vie.

C’est vrai, de toi, je ne peux me passer,
Tu me donnes des ailes enchantées.
Avec toi, je vole et j’oublie mon passé
C’est vrai et je ne cesserai de le répéter.

Depuis longtemps j’ai cherché
Comment on pourrait remplacer
Ces doux mots, du cœur, exprimés,
Et finalement, je crois bien avoir trouvé !

Comme ton amour me donne des ailes,
Pourquoi ne pas se dire « je t’aile »
Pas juste parce que tu es la plus belle,
Ça tu le vois dans mon regard rebelle.

Dans mon cœur il y a tant d’amour pour toi.
Tu es mon trésor, ma source de vie, ma joie,
Mais aucun mot dans aucune langue n’exprimera
Jamais, tout ce que mon cœur ressent pour toi.

Laisses-moi t’ailer au delà des nuages,
Laisse-moi t’enlacer aux yeux de l’univers,
Laisses-moi te montrer mes idées pas sages,
Laisses-moi te révéler tout mon imaginaire.

(c) 2015 Didier SEHA
(http://poemier.seha.be)

jetaile

texte protégé par Copyright

mai 24th, 2016 by didier


je ne connaissais pas

Je ne connaissais pas son regard sur mes mots coquins
Avant qu’il ne commence à soigner mon cœur orphelin!
Sentiments en souffrance qui flottaient sur mon destin,
Avant qu’un soir Elle arrive pour me prendre la main.

Je ne connaissais pas son petit sourire enfantin
Avant qu’il n’assèche mes rivières de chagrins.
Quand les mots sont ritournelles à mes mains,
Dans mes draps froissés, où je rêve d’elle en satin.

Je ne connaissais pas la douceur de ses mains
Avant qu’elles n’effleurent ma peau de bambin
Et glissent comme un tourbillon sous le vent câlin
Du souffle de ses baisers éparpillés sur mes chemins.

Je ne connaissais pas la perfection de son corps félin
Joyau magnifique, qui dans mes bras a trouvé son écrin.
Sensuelle et douce, Elle a su créer en moi un besoin,
Désormais mon corps aussi, d’Elle à de plus en plus faim.

Je ne connaissais pas l’arrogance intrigante de ses seins,
Avant de les découvrir fièrement dressés sans soutien.
Appel irrésistiblement à de buccales caresses, tendres câlins,
Et qui, à genoux, je vénère comme certains se vouent aux Saints .

Je ne connaissais pas la finesse de ses jambes sans fin,
Avant qu’elles ne m’invitent pour la danse de nos reins.
Invitation à goûter le nectar sucré de sa joie, ce jus divin
Comme un élixir de bonheur, hydratant pour mes lendemains …

Je ne connaissais pas la chaleur de ce centre terrien,
Avant d’y faire de subtiles mouvements de vas et vient.
Qui nous unis dans un univers étoilé hors du commun,
J’étais au paradis, ou est-ce d’éden le somptueux jardin ?

Je ne connaissais pas la chaleur de ses soupirs féminins,
Qui me réconfortent, et créent des souvenirs cristallins.
Ils éclosent comme des fleurs se posant sur ma main,
Qui les cueille au seuil de la porte d’un futur incertain …

(c) 2016 Didier SEHA
(http://levergerdemesecruts.eu/Poemier)

je ne connaissais pas

texte protégé par Copyright

décembre 24th, 2015 by didier


 Envie de Vie

Envie, textuelle, de vous provoquer,
Du coin de l’oeil, de vous convoiter,
D’un regard taquin, vous déshabiller,
D’un air coquin, votre intérêt, titiller.

Envie, bien réelle, de vous séduire.
Sous mes doigts, vous découvrir,
Du plat de la main, vous caresser,
Du bout de la langue, vous masser.

Envie virtuelle, avec vous, de jouer
Pour, sans vous toucher, vous chauffer,
A mots cachés, des idées vous donner,
Voir vos limites sans cesse repoussées.

Envie charnelle, corps et âme, de m’offrir,
En toute Maitrise, satisfaire vos désirs,
Pour répondre à chacune de vos humeurs,
De vous donner toujours plus de bonheur.

Envie, sensuelle, de vous appartenir
Au fond de vos entrailles, me sentir.
A l’idée de ces jeux, rêver à en jouir,
Ensemble découvrir de nouveaux plaisirs.

Envie, de tendrement vous soumettre,
Afin de vous guider, sans y paraître,
Dans les méandres de votre être.
Envies de vous, en tant que Maître.

(c) 2015 Didier SEHA
(http://poemier.seha.be)

 Envie de Vie

texte protégé par Copyright