Notebook
février 14th, 2019 by didier

Lorsque nos mains se touchent, 
Et qu’ensemble, elles s’attirent, 
Se dessine alors sur votre bouche, 
Un rayon de soleil, nommé désir.

Lorsque nos corps se cherchent, 
Que nos doigts de leurs bouts caressent, 
Nos langues se mêlent, se lèchent, 
Crescendo, nos envies progressent.

Lorsque que mes lèvres vous labourent, 
Des sillons de frissons vous dessinent. 
De tout votre être elles font le tour, 
Vous êtes prête pour atteindre des cimes.

Lorsqu’au souffle de mes mots murmurés 
Mettant vos sens sans-dessus dessous,
Vous vous laissé aller, soumise à ma volonté,
Dans votre puit d’amour, coup de grisou.

Lorsqu’enfin, j’ôtes le voile de satin
Ces dessous qui vous rendent si belles,
Se révèle à mes yeux un paysage divin,
Libérant mes idées d’homme rebelle.

Alors la douceur de ma main, 
Effleure la nudité de votre corps, 
Taquine le bout de votre sein, 
Votre souffle s’accélère encore.

Alors je plonge au creux de vos reins
A la recherche de cette source de délices
Où je m’abreuve de votre liquide cyprin,
Titillant avec douceur votre petit clitoris.

Alors s’accentuent vos gémissements,
Vous me suppliez, prête à exploser de plaisir.
Ce que je t’interdis, en m’arrêtant brusquement
Je prendrai tout mon temps pour vous faire jouir.

(c) 2019 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

 

octobre 24th, 2017 by didier


Elle ouvre les yeux, se réveille langoureusement
Son regard se tourne vers l’homme, amoureusement

Sur le ventre, il dort sa respiration est lente
Ses épaules nues, offertes, musclées, troublantes

Elle soulève le drap et découvre sa chute de rein
Sa peau à une apparence satinée, attirant sa main

Elle ne résiste pas, et le drap choit sur le sol
Deux fesses ouateuses se découvrent, ça l’affole

Sa main ne peut résister à ces formes attirantes
Ces formes offertes à son regard et si tentantes

Et tel un papillon, sa main se pose délicatement
Elle se pose sur ces globes de chairs lentement

Elle le sent frémir, elle adore cette sensation
Cette zone si sensible chez lui, est une passion

Et elle ne s’en lasse jamais de le faire frémir
En le caressant de lui donner un tel de plaisir

Des épaules à cette zone, si érogène,le caressent
Aphrodite sait qu’il ne dort plus, mais paresse

Et elle imagine sa colonne de chairs se dressant
Il gémis, s’offre à sa main, soumis et obéissant

Elle devine la colonne dressée, ressent l’envie
Son antre brûlant et humide déjà appelle sa vie

Son ventre à elle est en effusion et le réclame
Elle le retourne et est envahie par une flamme

Et, elle enfourche cette colonne de chair dressée
À son tour elle gémit, sentant le plaisir s’élever

Les va et viens, elle les dirige à un rythme lent
Ses mains caressent ses seins affolant ses sens

Le plaisir est dans son ventre brûlant, excitant
ils montent en même temps que le sien,elle le sent

Alors, elle explose et sent qu’il à fait de même
Repue, à ses côtés, s’étend, sûr qu’ils s’aiment.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

juin 24th, 2017 by didier


Premiers ebats

Sur ma bouche, un baiser doux et brûlant
Sur mon dos, deux mains baladeuses
Contre mon thorax, une poitrine généreuse
Entre mes bras, un corps chaud et tremblant

Dans mon cœur, des battements effrénés
Contre mon cœur, un souffle emballé
Maintenant le monde peut s’arrêter
Mon esprit peut enfin se laisser aller

Seul reste ce moment de pur plaisir
Moment redouté et attendu à la fois
Nos corps unis pour la première fois
S’effleurent et se caressent, fous de désir

Entrelacés, nos corps ne formant plus qu’un;
Yeux dans les yeux, nos langues commence à flirter.
Entre tes cuisses humides, se dresse ma fierté,
Gonflée d’envie, avide de toi, elle a faim.

D’un coup de reins tu ouvres la voie,
Tu me permets de me glisser en toi,
Danseurs de samba ou de lambada,
Je me répand dans ton intime endroit.

Tu ne me laisses pas seul à jouir,
Dans ton ventre, une douce chaleur;
Tes lèvres lâchent un cri de bonheur,
Des spasmes trahissent ton intense plaisir.

Jamais plaisir n’a été si grand,
Moi qui pensais avoir tout connu
Eblouis par la beauté de ton nu
C’est donc ça aimer vraiment ?

J’aime ton cœur autant que ton corps.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

Premiers ebats

texte protégé par Copyright

février 8th, 2017 by didier


Sport en Chanvre

Tendues, elles sculptent son corps;
Enlacées, elles libèrent son esprit.
Entravée, elle subit dans l’inconfort;
Prisonnière, elle est à Sa merci.

Serrées, marquant son corps de Femme;
Codées, elles la rendent œuvre d’art.
Confiante, elle se livre corps et âme;
En attente des délices de Son érotique Art.

Amoureusement caressées, elles vibrent;
Instrumentalisées, elles connaissent la musique.
Douloureusement caressée, elle vibre;
Comme une guitare sous Ses doigts magiques.

Loyales, elles servent leur Nawashi;
Artisan de cet Art japonais Ancestral.
Loyale, elle s’offre à devenir son Hishi;
Joyau de chair dans un écrin royal.

Elles, se sont Ses cordes de chanvre;
Elles, qui lui servent à la soumettre.
Elle, c’est cette femme dans Sa chambre;
Elle, qu’elle a choisi pour être son Maître.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

Sport en Chanvre

texte protégé par Copyright

juillet 24th, 2016 by didier


Sur le triangle lisse de ta chaire
Avec vue sur ton paysage mammaire,
Délicatement, je pose ma bouche
Du bout de la langue, je le touche.

Du bout des lèvres, j’aspire tes fils d’or
Je le hume d’abord, puis je lèche ton trésor
Ce fruit de la passion qui, entre tes cuisses
Inonde mon visage, sans commun délice.

Du bouts des doigts, en ta crypte sacrée,
Tendrement, je pénètre, te sentant excitée.
Comme l’enfant qui suce un bonbon,
Ma langue taquine ton rose bouton.

La soif de toi, m’aveugle et me donne l’ivresse,
Subtilement, un doigt glisse entre tes fesses.
M’agrippant à ton sein, je remonte la pente
Le sceptre tendu, glisse tout seul, dans ta fente.

Ton corps brûlant s’offre a mes caresses
Sous l’incandescence de toute ma tendresse.
Au paroxysme du plaisir, tu deviens fougueuse
M’invitant aux joies les plus voluptueuses.

Arrivé au sommet de ton mont de vénus,
Tu me laisse encore jouer avec ton anus.
Provoquant alors une série de spasmes
Nous brûlons en cœur d’un sublime orgasme.

(c) 2016 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

février 14th, 2016 by didier


2016-01-24-ce soir jai envie

Devant Vous, me mettre à genoux,
Pour glisser mes mains sous Votre jupe.
Mes yeux dans les Vôtres, si doux.
Et commencer un petit jeu de dupe.

Caresser Vos jambes ennylonnées,
Déposer ma tête entre Vos cuisses.
Regarder Votre lingerie dentelée,
Se gonfler sur Votre chatte lisse.

Puis remonter vers Vos fesses,
Pour malaxer Vos joues intimes.
Agenouillé comme à la messe,
Confessant mes envies coquines.

Vous repousser en arrière,
Sur le canapé, ou sur le lit.
Conquérir Votre vierge clairière,
En sentant se gonfler mon vi.

Mettre mon visage, contre Votre pubis
Et sentir Votre odeur de femme excitée.
De ma langue, Vous caresser avec malice,
Au travers du tissus déjà tout mouillé.

De mes doigts agiles, délasser …
Votre corset … sans précipitation.
Pour découvrir Vos seins bien dressés,
Et caresser la délicate auréole de Vos tétons.

Laisser glisser mes mains le long de Vos hanches,
Profiter du velours offert par de Votre ventre.
Retirer Votre jupe, pour admirer Votre peau blanche,
Alors que Vos gémissements se font entendre.

Descendre mordiller Votre clito à travers le tissu,
Sentir vos mains appuyer ma tête sur Votre sexe,
Demande silencieuse à des gestes plus crus.
Enfin, Vous avez envie de Vous donner sans complexe.

Lever alors cette barrière textile délicate,
Goûter à la saveur de Votre tiède cyprine,
Du bout de la langue, faire vibrer Votre chatte,
Glisser un doigt en cette belle fente si fine.

Patiemment, Vous faire jouir plusieurs fois,
Jusqu’à plus soif, Avide, boire Votre plaisir
Vous donner sans ne plus penser à moi;
Profiter de Vos orgasmes sans rougir.

Calmer Vos spasmes par un léger massage,
Vous sentir heureuse au creux de mes bras,
Lire le bonheur qui s’affiche sur Votre visage,
Et s’endormir, heureux, devant le feu de bois.

(c) 2016 Didier SEHA
(http://poemier.seha.be)

2016-01-24-ce soir jai envie

texte protégé par Copyright

janvier 24th, 2016 by didier


Soirées d’ivresse, que j’aime t’exhiber la nuit,
Promesses excitantes lorsque ma langue te fouille.
Perles transparentes , gouttelettes de pluie,
Là c’est toi qui, sous ta courte robe, mouille.

Les mots mélodiques de mes poésies,
Se conjuguent au passé et au présent.
Poésie des mots et des gestes tranquilles,
Ta fleur d’amour, s’humidifie doucement.

Mon bas ventre, instantanément, s’enflamme
L’eau me monte à la bouche, soif de ta grenadine.
L’eau ruisselle de tes lèvres brulantes, envie de femme,
Ta source d’amour, clapote et libère sa cyprine.

Ta langue se fait douce, Ma langue est gourmande,
Une à une, je lape tes petites gouttelettes.
Ta respiration s’accélère, tu écartes les jambes.
Je te regarde comme un enfant regarde une sucette.

Mon pieu ne résiste pas longtemps et se tend vers toi.
Ton désir de l’avoir en toi, tu ne le caches pas
Au plus tu gémis, au plus il grandit et se tient droit.
Un frisson m’envahit lorsque tu le saisis du bout des doigts .

Tu l’absorbes lentement, tu l’aspires délicatement.
Ta langue tournicote et l’enlace à me rendre fou.
Je prends un joujou, et continue mes jeux languissant.
Je raffole de ces têtes à queues, je suis fou de ton minou.

Incontrôlable, je tremble, pour lâcher un cri de bonheur.
De ta fontaine de jouissance, jaillit ton divin plaisir,
Tel un volcan en éruption, je te livre ma blanche liqueur,
Que tu savoures en me lançant de tendres sourires.

(c) 2016 Didier SEHA
(http://poemier.seha.be)

texte protégé par Copyright

décembre 24th, 2015 by didier


 Envie de Vie

Envie, textuelle, de vous provoquer,
Du coin de l’oeil, de vous convoiter,
D’un regard taquin, vous déshabiller,
D’un air coquin, votre intérêt, titiller.

Envie, bien réelle, de vous séduire.
Sous mes doigts, vous découvrir,
Du plat de la main, vous caresser,
Du bout de la langue, vous masser.

Envie virtuelle, avec vous, de jouer
Pour, sans vous toucher, vous chauffer,
A mots cachés, des idées vous donner,
Voir vos limites sans cesse repoussées.

Envie charnelle, corps et âme, de m’offrir,
En toute Maitrise, satisfaire vos désirs,
Pour répondre à chacune de vos humeurs,
De vous donner toujours plus de bonheur.

Envie, sensuelle, de vous appartenir
Au fond de vos entrailles, me sentir.
A l’idée de ces jeux, rêver à en jouir,
Ensemble découvrir de nouveaux plaisirs.

Envie, de tendrement vous soumettre,
Afin de vous guider, sans y paraître,
Dans les méandres de votre être.
Envies de vous, en tant que Maître.

(c) 2015 Didier SEHA
(http://poemier.seha.be)

 Envie de Vie

texte protégé par Copyright

juillet 24th, 2015 by didier


Rituel matinal

Mes yeux tels des vagues caressent ton visage
Ils vont et viennent dans un mouvement sans fin
De leur bleu si pur, ils se délectent de ton joli rivage
Spectacle magnifique de nos tendres matins.

Mes mains coulent sur ton corps qui frétille
Et y dispersent des frissons bienfaisants
Des caresses divines et gestes qui émoustillent
Tes sens, qui se font consentants , voir appelant.

Ma bouche tel un volcan,lui, enflamme tes envies;
Dépose sur tes rondeurs et tes plaines mes baisers,
Elle descend lentement pour sucer ton joli fruit,
Où il fait chaud et dont j’aime tant me délecter.

Comme la rosée, mes doigts coulent dans tes sillons
Ils s’y glissent, s’immiscent, se faufilent, te rasent
Tes gémissements s’accroient quand je presse le bouton.
Ton corps se tort, il ondule, en route pour l’extase.

La douceur de ta peau est un cadeau du ciel.
La braise en toi me donne de douces chaleurs.
Tes rapides soupirs ne sont pas artificiels.
Je te comblerai de tout et d’abord de bonheur.

(c) 2015 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu/Poemier)

Rituel matinal

texte protégé par Copyright

février 14th, 2015 by didier


Au placard, le service Tupperware
Ce soir, la réunion n’est pas culinaire.
Ces ustensiles la, servent à satisfaire
Toutes les Femmes; de la fille à la mère.

Laissez-vous tenter par ces objets mystères
Votre homme n’en fera pas d’ulcères
Tant que son sex appeal , dur comme fer,
Ne voit, en ce sexe à pile, un adversaire.

Brandissez-le comme un trophé, soyez en fière
Entre filles, débâtez-en, autour d’une théière
Le sujet, certainement, détendra l’atmosphère,
Au déballage de cet excitant inventaire.

A la vue de ces formes peu ordinaires,
Remarques et rires empliront la chaumière.
Questionnement sur l’art, ou la manière
De leur utilisation, les longues soirées d’hiver.

Faites-vous plaisir, à deux ou en solitaires
Développez le fantasme de l’infirmière,
Avec ces outils servant d’intermédiaires,
Aux voluptueux et sensuels préliminaires.

Idéal pour pimenter les relations « poussières »,
Et éviter le piège des habitudes routinières.
Du canard vibrant aux bougies incendiaires
En passant par ceux à commandes auxiliaires.

Ces objets en tout genre, ne datent pas d’hier,
Le choix ne manquera pour toutes vous satisfaire
Passez commande, et à vous les plaisirs de la chair
En remplissant, sans honte, le petit formulaire.

(c) 2015 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright