Notebook
février 14th, 2019 par didier

Lorsque nos mains se touchent, 
Et qu’ensemble, elles s’attirent, 
Se dessine alors sur votre bouche, 
Un rayon de soleil, nommé désir.

Lorsque nos corps se cherchent, 
Que nos doigts de leurs bouts caressent, 
Nos langues se mêlent, se lèchent, 
Crescendo, nos envies progressent.

Lorsque que mes lèvres vous labourent, 
Des sillons de frissons vous dessinent. 
De tout votre être elles font le tour, 
Vous êtes prête pour atteindre des cimes.

Lorsqu’au souffle de mes mots murmurés 
Mettant vos sens sans-dessus dessous,
Vous vous laissé aller, soumise à ma volonté,
Dans votre puit d’amour, coup de grisou.

Lorsqu’enfin, j’ôtes le voile de satin
Ces dessous qui vous rendent si belles,
Se révèle à mes yeux un paysage divin,
Libérant mes idées d’homme rebelle.

Alors la douceur de ma main, 
Effleure la nudité de votre corps, 
Taquine le bout de votre sein, 
Votre souffle s’accélère encore.

Alors je plonge au creux de vos reins
A la recherche de cette source de délices
Où je m’abreuve de votre liquide cyprin,
Titillant avec douceur votre petit clitoris.

Alors s’accentuent vos gémissements,
Vous me suppliez, prête à exploser de plaisir.
Ce que je t’interdis, en m’arrêtant brusquement
Je prendrai tout mon temps pour vous faire jouir.

(c) 2019 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

 

novembre 27th, 2018 par didier


Mes textes sont impreignés de romantisme,
Tendres,ils dévoilent une face de ma personne,
Ils décrivent mon univers plein d’érotisme,
Enrobés, témoins de la féminité d’un homme.

Mes textes ont le parfum d’humaines émotions,
Colorés, ils peuvent aussi devenir de gris nuages
Ils dévoilent une fragilité, de belles passions,
Un côté fleur bleu et larmes sur mon visage.

Mes textes sont vivant, sans interdit
Parfois choquant mais sans vulgarité
Il révèlent une ouverture d’esprit
Et toute l’obscurité de ma sexualité.

Mes textes sont empreints de cinisme
Durs, ils reflètent mon côté Renard
Ils révèle, contre l’humanité, ma colère
La face anarchiste, d’un homme qui en a marre.

Mes textes ont des reflets ténébreux
Pareils aux nuances du gris de mes cheveux
Ils décrivent de fort excitants jeux
Ce côté dominant, qui mettra votre corp en feu.

Mes textes sont comme des plumes,
Sensuels, ils vous donnent des ailes,
Tranchants, ils provoquent l’amertume,
Doux, ils rendent les Femmes plus belles.

Mes textes sont souvent des caresses,
Parfois des coups de poing dans la gueule.
A qui que ce soit que je m’adresse,
Je vous remuerai dans votre orgeuil.

(c) 2018 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

février 8th, 2018 par didier


Je mettrai un bandeau sur vos yeux avant de toucher votre peau,
Afin que dans l’obscurité, vous me sentiez toucher votre âme.
Ainsi seulement, vous pourrez ressentir les vibrations de mon cœur,
Pour profiter pleinement de tous les plaisirs ce que je veux vous offrir …

J’unirai vos délicats poignets, d’un ruban soyeux telle votre peau,
Afin de ne point vous permettre de toucher votre cœur de femme ,
Ainsi seulement, vous serez dans l’attente de mes douces douleurs,
Pour profiter pleinement de mes tendres caresses qui tardent à venir …

Je mettrai à votre sévices, l’Art des cordes, nouées à même votre peau,
Afin que de vous contraindre, en une position que vos sens réclament.
Ainsi seulement, à ma merci, vous vaincrez toutes vos peurs,
Pour profiter pleinement de vos plus inconscients désirs …

Je mettrai entre vos lèvres ce bâillon, pour que vous ne disiez mot,
Afin de vous ôter ces envies de baisers, bout de langue qui vous enflamme,
Ainsi, qui ne dit mot consent, vous subirez durant de longues heures,
Pour profiter longuement de mon imagination au service de vos plaisirs.

J’userai de tous ces artifices, qui feront vibrer chaque pore de votre peau,
Afin de faire monter en crescendo, ces papillons qui me réclament,
Ainsi seulement, sous ma guidance, vous évoluerez en apesanteur
Pour profiter lentement de ce voyage, avant de vous autoriser à jouir.

(c) 2018 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

octobre 24th, 2017 par didier


Elle ouvre les yeux, se réveille langoureusement
Son regard se tourne vers l’homme, amoureusement

Sur le ventre, il dort sa respiration est lente
Ses épaules nues, offertes, musclées, troublantes

Elle soulève le drap et découvre sa chute de rein
Sa peau à une apparence satinée, attirant sa main

Elle ne résiste pas, et le drap choit sur le sol
Deux fesses ouateuses se découvrent, ça l’affole

Sa main ne peut résister à ces formes attirantes
Ces formes offertes à son regard et si tentantes

Et tel un papillon, sa main se pose délicatement
Elle se pose sur ces globes de chairs lentement

Elle le sent frémir, elle adore cette sensation
Cette zone si sensible chez lui, est une passion

Et elle ne s’en lasse jamais de le faire frémir
En le caressant de lui donner un tel de plaisir

Des épaules à cette zone, si érogène,le caressent
Aphrodite sait qu’il ne dort plus, mais paresse

Et elle imagine sa colonne de chairs se dressant
Il gémis, s’offre à sa main, soumis et obéissant

Elle devine la colonne dressée, ressent l’envie
Son antre brûlant et humide déjà appelle sa vie

Son ventre à elle est en effusion et le réclame
Elle le retourne et est envahie par une flamme

Et, elle enfourche cette colonne de chair dressée
À son tour elle gémit, sentant le plaisir s’élever

Les va et viens, elle les dirige à un rythme lent
Ses mains caressent ses seins affolant ses sens

Le plaisir est dans son ventre brûlant, excitant
ils montent en même temps que le sien,elle le sent

Alors, elle explose et sent qu’il à fait de même
Repue, à ses côtés, s’étend, sûr qu’ils s’aiment.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

juin 24th, 2017 par didier


Premiers ebats

Sur ma bouche, un baiser doux et brûlant
Sur mon dos, deux mains baladeuses
Contre mon thorax, une poitrine généreuse
Entre mes bras, un corps chaud et tremblant

Dans mon cœur, des battements effrénés
Contre mon cœur, un souffle emballé
Maintenant le monde peut s’arrêter
Mon esprit peut enfin se laisser aller

Seul reste ce moment de pur plaisir
Moment redouté et attendu à la fois
Nos corps unis pour la première fois
S’effleurent et se caressent, fous de désir

Entrelacés, nos corps ne formant plus qu’un;
Yeux dans les yeux, nos langues commence à flirter.
Entre tes cuisses humides, se dresse ma fierté,
Gonflée d’envie, avide de toi, elle a faim.

D’un coup de reins tu ouvres la voie,
Tu me permets de me glisser en toi,
Danseurs de samba ou de lambada,
Je me répand dans ton intime endroit.

Tu ne me laisses pas seul à jouir,
Dans ton ventre, une douce chaleur;
Tes lèvres lâchent un cri de bonheur,
Des spasmes trahissent ton intense plaisir.

Jamais plaisir n’a été si grand,
Moi qui pensais avoir tout connu
Eblouis par la beauté de ton nu
C’est donc ça aimer vraiment ?

J’aime ton cœur autant que ton corps.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

Premiers ebats

texte protégé par Copyright

mai 24th, 2017 par didier


J’apporterai des roses, rien que pour toi
Que je déposerai sur un lit de soie.
Pétale par pétale tu découvriras
Le chemin d’un parfum qui t’enivrera.

Ce parfum de rose qui embaumera la pièce
Me fait penser à toi et voudrais qu’il ne cesse.
Je ferme les yeux en espérant te retrouver
Je m’allongerai sur cette soie de pétales éparpillées.

J’effleurerai ton corps de mes pensées charnelles,
Le regard émerveillé par tes dessous de dentelles.
Avec passion et amour je t’amènerai au septième ciel
Je te rendrai heureuse et emplie de désir éternel.

Sur ton corps le souffle de mes caresses
De mes baisers déposés avec tendresse
Te rassureront dans ce sentiment de passion
Nous sommes tous deux liés à l’unisson.

Je t’offrirai une nuit si intense, si magique,
Que tu repenseras à nos ébats romantiques,
Cœur à cœur dans ces draps de pétales rouges,
A chaque fois que je t’offrirai des roses rouges.

Cette nuit là, je l’attends avec impatience
Me faisant frissonner bien à l’avance
Un corps à corps merveilleux et sensuel
Qui nous donnera, pour l’avenir, des ailes.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

avril 24th, 2017 par didier


Dans cette constellation d’étoiles,
De toutes les planètes avec un voile,

Tu es celle que je trouve la plus belle.
Certes avec la terre, dont tu es la jumelle.

De pôles en pôles, je rêve de te parcourir.
De découvrir tes secrets, tel est mon désir.

Avec ta peau douce légèrement orangée
Au crépuscule, tu es mon étoile du Berger.

Après le soleil et la lune qui brillent le plus
Dans mon cœur,la plus douce, c’est toi, ma Vénus.

Habillée de Prada, avec ton visage au teint clair
Tu ravis, tu aguiches toute les créature de l’univers

De tes monts, je rêve de faire le tour,
Enveloppé de fourrure, vers toi, j’accours.

Comme le satellite en orbite circulaire,
Pas très elliptique dans notre système solaire.

Autour de moi tu tournes, appel de la chair,
Séductrice dans l’âme pour un plaisir sans frontière.

Toi seule à ce don, c’est celui de me plaire.
Du fouet, j’admire ton habile savoir faire.

Comme tous ces peintres, sculpteurs et écrivains
Je suis ton fou, ton Ille, ton Milo , ton Séverin.

Oui, à tout, je suis prêt, pour te satisfaire
toi, petite planète qui embellit mon imaginaire.

Si le tonnerre gronde dans nos vies
Tout comme il gronde là haut aussi,

Que tu recherches un peu de tendresse
Ou quelqu’un qui vraiment s’intéresse,

A toi, bien plus qu’à tes jolies fesses
Ne cherche plus, car je le confesse,

De toutes les planètes, tu es l’unique,
Sur laquelle la vie sera magnifique

J’aimerai être ton astronaute d’or
Venu découvrir tes doux trésors

Mon cœur serait un vaisseau spécial
Embarquement pour un amour spatial

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

texte protégé par Copyright

février 8th, 2017 par didier


Sport en Chanvre

Tendues, elles sculptent son corps;
Enlacées, elles libèrent son esprit.
Entravée, elle subit dans l’inconfort;
Prisonnière, elle est à Sa merci.

Serrées, marquant son corps de Femme;
Codées, elles la rendent œuvre d’art.
Confiante, elle se livre corps et âme;
En attente des délices de Son érotique Art.

Amoureusement caressées, elles vibrent;
Instrumentalisées, elles connaissent la musique.
Douloureusement caressée, elle vibre;
Comme une guitare sous Ses doigts magiques.

Loyales, elles servent leur Nawashi;
Artisan de cet Art japonais Ancestral.
Loyale, elle s’offre à devenir son Hishi;
Joyau de chair dans un écrin royal.

Elles, se sont Ses cordes de chanvre;
Elles, qui lui servent à la soumettre.
Elle, c’est cette femme dans Sa chambre;
Elle, qu’elle a choisi pour être son Maître.

(c) 2017 Didier SEHA
(http://levergerdemesecrits.eu)

Sport en Chanvre

texte protégé par Copyright

décembre 4th, 2016 par didier


une main sur une cuisse

Une main sur une cuisse
Sur un bas, les idées glissent
Comme de douces prémices.
Dans un instant complice.

Des lèvres qui descendent
A la déesse une offrande
Lentement dans l’attente
Les membres se tendent.

Une bouche qui effleure
Soufflant sa chaleur
Sans aucune pudeur
Mais tout en candeur.

La langue qui titille
Tendrement envahit
Un corps à sa merci
Tout l’être se raidi.

Un corps qui se plaque
Un autre qui traque
Les liens qui craquent
Les visages écarlates.

Des frissons en déferlande
Des murmures qui chantent
Des positions indécentes
Deux passions ardentes;

Des désirs ensevelis
Qui reviennent à la vie.
Des envies innasouvient
Sortent la rivière de son lit.

Deux cœurs qui palpittent
Deux âmes qui s’habitent
Deux corps qui s’excitent
Deux êtres se visitent.

Les mots sont inutiles
Les regards sont subtils
Les gestes sont habiles
Les émois, indociles.

Sur un lit ou par terre,
Dans une allée ou par derrière;
Bien au chaud ou en plein air,
Liens de chanvres ou bien de fer.

A l’envers ou à l’endroit,
En travers ou à l’étroit,
En hauts talons ou en bas ,
A deux ou bien à trois …

Pour sentir un désir si puissant,
Tel un doux vertige enivrant;
Qui a réveillé lentement ,
Un loup endormi depuis longtemps.

Parti d’une main sur une cuisse
Métaphore révélatrice
De mon imagination, dominatrice
Absence d’idée inhibitrice.

(c) 2016 Didier SEHA
(http://http://www.levergerdemesecrits.eu/)

une main sur une cuisse

texte protégé par Copyright

septembre 24th, 2016 par didier


Sur ton corps au goût divin,
Que je parcours de mes mains,
Des milliers de rayons de soleil,
Te réchauffent dans ton sommeil.

Tu sens les élans de mon corps
Qui te caressent tendres et forts.
Je me rapproche contre toi tendrement,
Afin que tu sentes mon désir brûlant.

Cries-moi en silence tes mots languissants,
Apprécies sans bruit, mes tendres bercements,
Pour que seule ta respirations s’accélérant,
Trahisse le plaisir de me sentir aimant.

Berces-moi de tes chants de sirène d’amour,
Toi mon image, toi la reine de mes jours,
Dans ce monde fait de rêves bien trop courts.
Frémissements de ta peau douce comme le velours.

A tes côtés, je suis l’être aimé du jour,
Moi, cet homme mûr, amant fou d’amour,
Toujours prêt à satisfaire tout tes désirs,
Sans limite que celle de notre prometteur avenir.

A mes ordres, tu glisses lentement sur mon corps
Pour te fondre dans cet abime des plaisirs forts.
Dans ta tête,les milliers d’étoiles scintillent,
Dans ton ventre, une douce chaleur qui te vrille.

Après tant d’orgasmes, tu peux t’évanouir dans le temps.
Pour laisser courir de longs baisers sur ton corps haletant.
Cette nuit, une fois de plus,je suis le plus heureux des amants.
Cette nuit, une fois de plus, mon amour en toi tu ressens.

(c) 2016 Didier SEHA

(http://poemier.seha.be)

texte protégé par Copyright